Tuto : Faire une sauvegarde des données contenues dans un Nas Thecus

Tout d’abord, il est nécessaire de brancher un disque dur externe USB sur l’un des ports du NAS. Il est évidemment nécessaire que la capacité de ce disque USB ait une capacité en rapport avec la taille des données que vous voulez sauvegarder et que celui-ci soit formaté au format que vous souhaitez. Attention à choisir aussi un formatage adapté à la taille des fichiers à sauvegarder.

En effet, chaque système de fichiers à ses propres limites de taille de fichiers. Ainsi un formatage FAT32 ne vous autorisera que des fichiers de taille de 4Go, alors qu’un formatage NTFS (Windows) ou encore Ext3 / Ext4 (Linux) ne vous imposeront pas ce genre de limites.

Une fois branché, sur un des ports USB du N5550, je recommande de vérifier que celui-ci est bien détecté par votre NAS. Même si c’est de plus en plus rare aujourd’hui, il pourrait tout à fait arriver que le contrôleur de votre disque externe ne soit pas reconnu par le NAS.

Dans l’interface d’administration du NAS, se rendre dans Stockage–>Disques et dans le bas de l’écran, une zone Disque USB doit apparaître avec quelques informations dont notamment la capacité du disque USB.

Périphérique USB branché sur le N5550


C’est d’ailleurs dans cette rubrique que vous allez décider de la durée d’inactivité avant la mise en veille de ce disque par le NAS. Pour ma part j’ai choisi 30min.
Si par contre le disque n’apparaît pas, il faut vérifier outre les traditionnels problèmes de branchements/connectiques, que le disque est bien fonctionnel en le testant par exemple en le branchant sur un PC.

Quand cette vérification est réalisée, il doit être possible d’ores et déjà de consulter son contenu en navigant dans les dossiers qu’il contient et qui doivent vous être accessible par le biais du sous-menu Répertoires partagés/USBHDD du menu Stockage .

Par contre attention, il est inutile de prévoir d’ajouter un dossier spécifique pour la sauvegarde, car, par la méthode que je vais décrire, le Thecus sauvegarde directement les dossiers en provenance du NAS à la racine du disque externe. C’est pour ma part quelque chose que je regrette car je voudrais pouvoir être libre d’organiser mes dossiers comme je l’entends, mais d’un autre côté cela peut paraître logique dans un contexte de sauvegarde « sûre » : le disque externe est théoriquement dédié à la sauvegarde et sa structure doit ressembler le plus possible à la structure d’origine. Thecus, en privant de cette liberté d’utiliser des sous-dossiers s’assure cet objectif et met aussi à l’abri l’utilisateur d’un éventuel problème sur la longueur des noms de dossiers et fichiers si on « enterre » un peu trop profondément les fichiers que l’on sauvegarde. Cela est donc une « assurance » pour le non-initié au problèmes des sauvegardes…

Nous sommes maintenant prêts à passer à l’étape suivante. La sauvegarde effective….

Articles en relation avec celui-ci

Cette entrée a été publiée dans Informatique, Nas, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.